histoire de France et d’ailleurs René joseph irmana l’assassinat de Marat 190520

histoire de France et d’ailleurs René joseph irmana l’assassinat de Marat 190520

histoire de France et d’ailleurs René joseph irmana l’assassinat de Marat 190520 En lire plus !

INVITE DU JEUDI JACKY ROCHE HOMMAGE A ROBERT HERBIN

INVITE DU JEUDI JACKY ROCHE HOMMAGE A ROBERT HERBIN

INVITE DU JEUDI JACKY ROCHE HOMMAGE A ROBERT HERBIN En lire plus !

invite du jeudi Georges chanon animateur des éditions du roure 180520

invite du jeudi Georges chanon animateur des éditions du roure 180520

invite du jeudi Georges chanon animateur des éditions du roure 180520   En lire plus !

Adeline tissier invite du jeudi voyage au Bénin

Adeline tissier invite du jeudi voyage au Bénin

      Adeline tissier invite du jeudi voyage au Bénin En lire plus !

ma boutique fermière helene et romain 220420

ma boutique fermière helene et romain 220420

ma boutique fermière helene et romain 220420 helene et romain En lire plus !

adjudant chef dufau de la gendarmerie de craponne sur arzon

adjudant chef dufau de la gendarmerie de craponne sur arzon

adjudant chef dufau de la gendarmerie de craponne sur arzon   En lire plus !

Léo berger directeur des voyages berger

Léo berger directeur des voyages berger

Léo berger directeur des voyages berger En lire plus !

Bernard bonnefoy president de l’association fin gras du mezenc

Bernard bonnefoy president de l’association fin gras du mezenc

Bernard bonnefoy president de l’association fin gras du mezenc   En lire plus !

mariane sarrazin médecin chercheur a st Étienne actuellement a la clinique mutualiste

mariane sarrazin médecin chercheur a st Étienne actuellement a la clinique mutualiste

mariane sarrazin médecin chercheur a st Étienne actuellement a la clinique mutualiste   En lire plus !

 

L’histoire de Radio Craponne

podium-3-1024x731

images (3)Créée en 1983,juste après la première loi Mauroy sur la libération des ondes, par Jean-Pierre Langénieux et quelques autres, officialisée en 1992 quand le plan des fréquences a été mis en place en Haute-Loire, « Radio Craponne » est une des toutes dernières radios associatives de proximité.
Toutes les autres ont été mangées par des réseaux. Réseaux commerciaux pour la plupart, comme Chérie FM ou NRJ. Réseaux idéologiques pour certains comme les radios chrétiennes. La dernière hécatombe concerne le réseau TSF lié au Parti Communiste. Cette trahison de la liberté des ondes, et sa colonisation par les marchands du temple (entendons les boursiers) est le résultat de la deuxième loi Mauroy sur les ondes locales, qui a introduit la possibilité d’une logique commerciale, c’est à dire publicitaire et mercantile.

Comment « Radio Craponne » (sur Arzon !) fait-elle pour survivre dans cette tempête impitoyable ? Elle fait moins de 20 % de son chiffre d’affaire en publicité. Elle travaille avec vingt bénévoles au moins. Elle n’a que trois salariés (2 CEC ET 1 CES).
Elle émet 24 heures sur 24. De 7 heures à 22 heures,c’est du direct, avec un homme et une femme réels dans le studio. L’animateur est bien derrière le micro. De 22 heures à 7 heures, elle fonctionne avec des CD propres qui ne sont que la rediffusion d’émissions présentées là journée en direct.

Convivialité rime avec musicalité

Elle vise prioritairement à faire connaître la région, faire parler les gens, faire se rencontrer ces mêmes gens. Une place importante, libre et gratuite, est réservée aux communes sur lesquelles elle rayonne et aux activés dans ces communes.

On compte environ vingt-cinq à trente communiqués d’activités diverses par semaine. Le studio de diffusion existe séparé du premier et a été entièrement rénové en début d’année 2003. Tout le matériel est changé régulièrement et l’essentiel de la diffusion et de la production se fait en CD et minidisk. Cet investissement important répond à la pression des normes du CSA : obligation de passer à 8 gigas et à un faisceau optique pour relier le studio à l’émetteur, l’hertzien étant interdit pour cause de sécurité militaire.

La radio maintient un travail musical riche, avec une couverture d’absolument toutes les tendances, du classique au jazz, de tous les rocks au « country » en passant par la musettes, les variétés françaises et internationales et toutes les nouveautés de moment. Deux spécificités, une heure par jour de musique country, quatre heures d’accordéon, deux le matin et deux le soir, et dans la journée toutes les nouveautés de variétés françaises internationales.
Un partenariat est assuré avec la Tribune/Le Progrès. Tous les titres de l’information de la Haute-Loire arrivent par fax. A 7h15, Jean-Pierre Langénieux fait un rapide montage de ces titres. Ce montage est rediffusé à 7h30, 7h45, 8h30 et ensuite toutes les heures. La radio n’essaie pas de concurrencer les radios nationales pour les informations générales, ni la presse pour les informations régionales st locales. Elle diffuse seulement les grands titres de ces dernières et les gens qu veulent en savoir plus achètent le journal, ou le consultent ici et là. Cela a entraîné une progression folle de l’écoute, car c’est en bref, sans commentaire, rapide. Festive et ouverte sur le monde ! L’été, la radio assure des animations partout dans sa zone d’influence : sur les marchés, dans les foires, dans les fêtes, dans les concours agricoles divers. La radio est présente de façon quasi-permanente sur le terrain rural de la zone d’influence.
Elle a su tisser par ailleurs de très bons liens avec son terroir à l’occasion de Noël. Douze communes, les huit du canton de Craponne-sur-Arzon et quatre extérieures, entrent en compétition amicale. Trois communes par soir se soumettent à un jeu de questions et de réponses. Des scores sont mis en place, et la finale regroupe les douzes communes pour un dernier sprint. Le score final se calcule avec les scores antérieurs, celui des question-réponses de la finale, une note donnée à un chanteur porteur des couleurs de chaque village qui pédale dur sur un « home-trainer ». Le gagnant emporte le challenge qu’il doit remettre en jeu l’année suivante. Pour la première édition, en 1994, 130 personnes assistaient à la finale. Pour celle de 1998, il y en avait 700, dont les douze maires. Et en plus, le tout est relayé sur les ondes. On peut ainsi imaginer les taux d’écoute. Mais le rendez-vous Country est un exemple d’ouverture sur le monde. Commencé à Dore l’Eglise(63), dont le site est devenu rapidement trop petit, et où le soutien n’a pas sur durer, il est venu à Craponne en 1992. Il vient de vivre sa douzième édition en 1999, 250 personnes à la première en 1987, et 11 000 en 1999. Budget actuel 1.5 MF. Ce festival a sa propre radio (24 heures sur 24 pendant le festival) sur le site, et cette radio se relaie sur sur Radio Craponne régulièrement pendant la journée. Un voyage aux USA est mis en jeu tous les ans. Le festival a un agent à Nashville dans le Tennessee. Des disques de musique country arrivent toute l’année à Radio Craponne. Un site Internet existe. Il est vrai que ce festival a pris en profondeur dans cette région parce qu’il était en « country » dans une région rurale. Mais surtout parce que cette musique est si variée qu’elle peut satisfaire tous les goûts et le public familial.
Cependant, cette greffe d’un tel événement sur Craponne est un moteur de développement et d’ouverture au monde extraordinaire. Certains artistes qui arrivent à Lyon et montent en voiture dans la montagne ont la peur de leur vie (jusqu’à la scène), d’être perdus dans une sixième dimension, puis la surprise d’un public tous les soirs de plus de 3 000 personnes. Du country au fantastique

De plus, ce Festival essaie toujours de ne pas d’enfermer dans un seul média. On y trouve des livres, des vidéos, et bien d’autres produits sur la culture country, la culture de la frontière aux USA. On parle d’une ouverture possible sur la culture indienne par des contacts nouveaux. Affaire à suivre. Et on parle aussi de développement à la radio vers une plus grande ouverture à la renaissance indienne et à la culture américaine, la vraie, pas celle des McDo. On parle également de la grande dimension cinéma de cette culture. Mais cela demande une réflexion beaucoup plus longue, et des partenaires. Si « Radio Craponne »  » La Radio qui étonne », est si vivante, c’est qu’elle a su s’ancrer dans son terroir rural et l’ouvrir à des formes de culture, rurale également à l’origine, devenant urbaine aujourd’hui. Terroir et ouverture sont ses deux mamelles. Soit dit en passant, « Radio Craponne » et son rendez-vous Country sont des aventures dans la pure lignée de la convivialité française et de l’inventivité américaine, et ils font la démonstration que l’on peut être rural sans être arriéré.

L’Auvergne n’est pas un réserve d’indiens en voie de perdition, mais bien une terre de création et de vie, chaque fois qu’elle se fonde sur le convivialité de ses populations.

rédigé par Jacques COULARDEAU

Share Button

Laisser un commentaire